Un petit week-end à Paris, et beaucoup de belles découvertes !

Hola a todos !

 

J’espère que vous allez bien en ce mois de septembre. Vous avez du reprendre le chemin du travail et de l’école. Pour ma part, je reprends le 18 septembre, j’ai donc profité d’avoir encore un peu de temps libre pour aller à Paris, voir mon Prince Charmant. L’avantage quand on a un amoureux qui vit à Paris, c’est qu’on a l’occasion de visiter tout un tas de musées géniaux et de voir de magnifiques expositions et vous allez voir que ce week-end a été riche en belles découvertes !

Le samedi matin, nous avons visité le musée Nissim de Camondo, un magnifique hôtel particulier qui appartenait à la famille des Camondo, situé dans le 8e arrondissement, à deux pas du Parc Monceaux.

IMG_1902

Ce musée fait partie du groupe du musée des Arts décoratifs, donc, quand vous vous y rendez, il est tout à fait possible d’acheter un billet commun aux deux musées. C’est d’ailleurs très pratique car pour 13€ (10€ pour les étudiants sur présentation d’un justificatif), vous avez 4 jours pour visiter ces deux musées ainsi que les expositions temporaires du musée des Arts Décoratifs. Comme nous voulions voir l’exposition consacrée à la Maison Dior aux Arts décos, et que nous savions qu’il y avait beaucoup de monde, nous avons sauté sur l’occasion car ainsi, nous avons évité une longue attente le lendemain.

Le musée Nissim de Camondo est vraiment magnifique, un petit bijou au cœur du 8e arrondissement. Si vous aimez le style empire, ainsi que la porcelaine, vous serez ravis ! On peut visiter l’hôtel particulier dans son intégralité, à savoir le rez-de-chaussée, les 2 étages ainsi que les cuisines … Vous pourrez même apercevoir l’un des premiers ascenseurs privés !! Nous avons suivi la visite avec l’audio-guide, qui est très bien fait, en imaginant dans chaque pièce les différentes réceptions organisées dans ce lieu magnifique. On retrouve néanmoins une atmosphère mélancolique, puisque le Moïse de Camondo, père de Nissim, a vécu dans cet hôtel particulier la perte de son fils au combat pendant la Première Guerre Mondiale, alors qu’il n’avait que 25 ans … On peut d’ailleurs voir une petite salle où il collectionnait les pièces en porcelaine et où il se faisait servir le repas, afin de rester au calme, dans un endroit plus intime que les grands salons. Dans les appartements privés, on peut voir différentes salles-de-bain aux équipements assez exceptionnels pour l’époque ! Tout y est : lavabo, baignoire, bidet et toilettes. C’est le genre de chose que l’on voit assez rarement dans des endroits comme celui-ci, je trouve que ça a un certain charme, et ça prouve aussi qu’il s’agissait de personnes très aisées. On trouve également une salle de projection qui diffuse un film extrêmement intéressant, il raconte toute l’histoire de la famille de Camondo, famille de banquiers juifs, originaire de Turquie, anoblie en Italie et dont la dernière génération a développé un goût très prononcé pour l’art et la musique, à tel point qu’ils possédaient de nombreux tableaux d’artistes de renommée mondiale comme Monet ou Sisley !

IMG_1906

Les cuisines et les ustensiles en cuivre. Ça brille !

IMG_1907

La table des domestiques, on a l’impression qu’ils vont débarquer d’une minute à l’autre.

IMG_1911

Les salles de vie de l’hôtel particulier, ici c’est le bureau, au premier étage.

IMG_1915

Un salon, magnifiquement décoré.

IMG_1917

IMG_1922

La salle de bain tout confort !!

IMG_1929

Ambiance boudoir garantie !

IMG_1934

La bibliothèque de l’hôtel particulier

IMG_1936IMG_1940

IMG_1945

La façade de l’hôtel, inspirée du petit Trianon de Versailles

Je vous recommande vraiment cette visite, c’est très instructif et vraiment très plaisant, et si vous avez le temps ensuite, vous pouvez déambuler dans le parc Monceau, puisqu’il est juste à côté. Si vous voulez avoir un aperçu du musée, vous pouvez cliquer sur ce lien, je suis sûre que les quelques photos vous donneront une furieuse envie de venir le découvrir !

Après un déjeuner fort sympathique en compagnie d’amis toulousains (et oui, on n’oublie jamais sa ville d’origine, même à Paris !), nous avons pris tous ensemble la route vers le Centre Pompidou. On nous avait conseillé l’exposition David Hockney qui dure jusqu’au mois d’octobre. La file d’attente était assez longue, mais heureusement, il ne pleuvait pas et c’est passé plus vite que prévu. J’adore le Centre Pompidou pour ses escaliers mécaniques qui offrent une vue magnifique sur tout Paris, c’est vraiment génial !! On voit la Tour Eiffel, Montmartre, Notre-Dame … C’est vraiment trop chouette ! Pour tout vous avouer, je n’avais jamais entendu parler de David Hockney, peintre britannique qui a connu le succès aux Etats-Unis. Il est né en 1937, et est toujours en vie, donc l’exposition proposait une rétrospective de ses œuvres depuis ses débuts jusqu’à aujourd’hui. Ouvertement homosexuel, nombre de ses tableaux abordent ce sujet, soit de façon très provocatrice comme ses premiers dessins, soit de façon plus « conventionnel » comme ses tableaux qui représentent des scènes de la vie intime, des photos volées, comme on peut le voir aussi sur des tableaux représentant l’amour entre un homme et une femme. Il s’inspire énormément de la photographie, et d’ailleurs, certains de ses tableaux font vraiment penser à des photos qu’il aurait peintes. Il a également peint de nombreux paysages californiens, aux couleurs très chatoyantes et aux formes assez originales. C’était impressionnant de voir la diversité des tableaux, des supports et des thèmes abordés. Il utilise également le multimédia, notamment dans une œuvre représentant les quatre saisons. Les couleurs sont magnifiques, les toiles gigantesques, les techniques très variées … je n’ai malheureusement pas pu prendre de photos car c’était interdit, mais je vous laisse le lien de l’exposition sur le site du Centre Pompidou. Si vous allez à Paris avant la fin du mois d’octobre, foncez, vous ne serez pas déçus !

IMG_1950

IMG_1954

Mon Prince Charmant et mes amis chéris se dirigeant vers le Centre Pompidou !

Ensuite, avec nos amis, nous avons déambulé dans Paris, notamment dans le Marais, à la recherche de macarons et de thé. Le temps était assez clément et à défaut d’avoir un grand ciel bleu, nous n’avons pas eu d’averse, alors nous avons bien profité de notre après-midi de promenade. Nous avons dîné dans le quartier du Marais, dans un restaurant de burger qui s’appelle « Breakfast in America », les burgers sont très bons, et pour les amateurs de petit-déjeuner, sachez que vous pouvez en commander toute la journée ! C’est un restaurant qui propose un excellent rapport qualité prix, alors si vous ne tenez pas absolument à manger hyper équilibré, vous pouvez y aller les yeux fermés !

IMG_1969

Le mot de la fin de l’exposition David Hockney

IMG_1988

Une jolie tourelle dans le Marais

IMG_1989

Le lendemain, après une petite promenade dans les Galeries Lafayette Gourmet en compagnie de mon Prince Charmant et de ma meilleure copine (oui, on est des gourmands, et il fallait absolument qu’on découvre cet endroit !), mon Prince Charmant et moi nous sommes rendus au musée des Arts décoratifs, pour admirer l’exposition Dior, couturier du rêve. C’est une exposition dont vous pouvez profiter jusqu’au 7 janvier 2018, et qui a été organisée à l’occasion des 70 ans de la maison Dior. Un conseil, allez-y en semaine, l’attente sera moins longue. Si vous ne pouvez pas y aller à un autre moment que le week-end, armez-vous de patience pour la file d’attente, vous serez récompensés par la beauté de l’exposition et vous ne regretterez pas le détour ! Cette expo est vraiment énorme, elle occupe 2 ou 3 étages et de nombreuses salles. Comme pour l’exposition David Hockney, nous avons été impressionnés par la quantité d’œuvres exposées, il y a des robes grandeur nature, des robes miniatures, des flacons de parfum en édition limitée, du maquillage, bref, une profusion d’objet qui vous laisse pantois !

L’exposition commence par une salle dédiée à la biographie de Christian Dior, issu d’une famille de banquiers normands, qui a commencé sa vie professionnel comme galeriste d’art et qui n’est entré dans le monde de la mode qu’en 1947, soit seulement 10 ans avant sa mort. C’est incroyable de se dire que son nom est mondialement connu et reconnu alors qu’il n’a dirigé sa propre maison que 10 ans. Au fil de l’exposition, on trouve des noms connus comme celui de Serge Lutens, Yves Saint-Laurent, John Galliano, qui ont travaillé avec lui et pour sa maison. On peut admirer des robes et des tenues en miniature de toutes les couleurs, en gris car c’était une couleur à la fois chic et pratique, en rouge, la couleur qui habille le mieux les lèvres d’une femme, en noir, la couleur de l’élégance … Certains modèles sont exposés sur des portants et on peut les voir portés sur des photos qui sont projetées par intermittence sur les vitrines. On peut également admirer les robes portées sur des mannequins, au milieu d’un jardin féérique, découpé à la main dans du papier blanc… C’est vraiment une exposition qui vend du rêve. Le clou du spectacle, après le défilé de manteaux, de robes fleuries, de modèles faits par les différents créateurs de la maison, c’est vraiment la dernière salle. On trouve des podiums où sont exposés un nombre incroyable de tenues toutes plus belles les unes que les autres, la plupart ont d’ailleurs été portées par des célébrités telles que Lady Diana, Emma Watson, Rihanna … Dans cette salle, on peut également admirer les croquis en hologrammes qui se dessinent sur les murs, le ciel et ses constellations, ainsi que le plafond de la galerie des glaces qui apparaît comme par magie sur le plafond de la salle avant d’éclater en une pluie d’or, comme dans la campagne publicitaire de J’adore. C’était ma-gi-que.

IMG_2055

En entrant dans l’exposition … un mélange de défilé et de devanture de maison Dior.

IMG_2057

Les robes en miniature ainsi que les flacons de parfum

IMG_2060

IMG_2064

Les robes rouges … magnifiques !

IMG_2065

Une robe d’inspiration aztèque

IMG_2067

Inspiration torera, olé !

IMG_2069

Les robes-fleurs pour habiller les femmes-fleurs

IMG_2072

IMG_2074

Les fleurs de papier des jardins merveilleux de l’exposition

IMG_2078

IMG_2086

On se croirait dans l’atelier de couture !

IMG_2091

La dernière salle de l’exposition, …

IMG_2093

… et ses merveilles !

IMG_2095

Les robes portées par les célébrités.

IMG_2096

Je crois bien que c’est ma robe préférée celle qui est au milieu !

IMG_2102

Le plafond de la galerie des glaces de Versailles en hologramme …

IMG_2103

… qui éclate en pluie d’or !

IMG_2113

« Ce génie léger propre à notre temps, et dont le nom magique comporte Dieu et or », parole de Jean Cocteau et j’approuve !

Je ne peux que vous recommander d’aller voir cette magnifique exposition avant qu’elle ne se termine, je suis sûre qu’elle peut plaire à un public très large. Que vous soyez ou non passionné par la mode, vous serez forcément séduit par les mise en scène, les vêtements tous plus beaux les uns que les autres, et ravis d’en apprendre un peu plus sur cette maison dont on a tous entendu parler.

 

Et voilà, ainsi s’achève le récit de ce charmant week-end de septembre, comme quoi, la rentrée a parfois du bon !

J’espère que cet article vous a plu, et j’espère pouvoir vous retrouver très bientôt avec de nouvelles découvertes.

 

Hasta pronto si Dios quiere,

Amalia

 

Publicités

Destination Rome ! (4/4)

Hola a todos,

 

J’espère que vous allez bien. Je vous retrouve pour notre dernier jour à Rome qui sera placé sous le signe de l’antiquité !

Et oui, c’est déjà la fin de notre séjour romain, alors pour clore ces vacances en beauté, nous avons décidé de passer la journée au forum romain. Le soleil est au beau fixe, il fait chaud (voire très chaud), c’est un temps idéal pour ce genre de visite. Le billet d’entrée au forum comprend plusieurs sites, c’est bien de le savoir. En prenant votre billet au forum, vous avez accès également au Colisée et au mont Palatin. Attention, on accède au mont Palatin depuis le forum, inutile donc de sortir pour partir à sa recherche ! Il existe également un tarif réduit pour les étudiants et pour les habitants de l’Union européenne me semble-t-il. Là encore nous avons opté pour une visite libre des lieux. Je pense que ça aurait été bien d’avoir un peu plus d’informations sur l’endroit et son fonctionnement à l’époque, mais au moins, nous pouvions déambuler comme bon nous semblait, et c’est aussi ça qui nous plaît quand on visite !

IMG_1179

Voilà l’aperçu qu’on a du forum avant de rentrer sur le site archéologique

IMG_1184

Le forum est impressionnant, ce sont des ruines, mais on arrive quand même à se rendre compte de l’état du lieu dans le temps. Ce qui est vraiment chouette c’est de voir ces ruines qui se fondent parfaitement dans le paysage de la ville, et les différentes époques se mêler avec harmonie… On se croirait vraiment hors du temps ! Et quand vous déambulez dans le forum, vous vous sentez vraiment tout petit car les colonnes sont immenses. Ils avaient la folie des grandeurs ces Romains ! Dans le forum, on trouve également une jolie église sur la côte qui mène au mont Palatin.

IMG_1191

Un petit parcours dans le forum …

IMG_1196

Un magnifique mélange d’époques …

IMG_1199

… et un émerveillement continu !

IMG_1203IMG_1206IMG_1210

IMG_1220

On se sent vraiment tout petit face à ces colonnes !!

IMG_1230

Voici l’église qui se trouvait sur le site du forum, elle était très belle !

IMG_1231

Comme nous ne savions pas vraiment où se trouvait le mont Palatin, nous sommes sortis du forum pour visiter le Colisée, un des monuments les plus connus du Rome. Nous étions ravis d’avoir acheté notre billet au forum car la queue pour prendre son ticket était vraiment interminable !! Une fois passés les contrôles de sécurité, nous avons pu entrer dans ce lieu qui a accueilli nombre de combats de gladiateurs. C’est étrange comme endroit car tout est en ruine, mais on arrive tout de même à se représenter les lieux tels qu’ils étaient avant. On monte sur les gradins et on voit l’arène, enfin plutôt les coulisses de l’arène qui se trouvent dessus. On imagine donc les hommes qui travaillaient pour les spectacles et les jeux déambuler dans ce labyrinthe… C’est super chouette ! J’avais un mauvais souvenir du Colisée que j’avais vu lors d’un voyage scolaire, mais avec cette nouvelle visite, il a retrouvé ses lettres de noblesse à mes yeux !

IMG_1236

À l’intérieur du Colisée, …

IMG_1239

on peut voir les gradins …

IMG_1245

… ainsi que les coulisses !

IMG_1250

Vous imaginez tout le monde qui s’affairait sous la scène pour que les spectacles soient parfaits ?

IMG_1275

Et la célèbre vue du Colisée de l’extérieur.

Après ces visites en plein soleil, nous avons pris la route vers une trattoria conseillée par notre guide : La Taverna dei 40. Elle est située sur la Via Claudia, au numéro 24 et les prix sont très raisonnables, en plus, on s’y est régalé !! Nous avons pris des pâtes et une pizza, on est sorti en roulant donc on n’a pas testé les desserts, ce n’était pas raisonnable ! Si vous passez dans le coin, n’hésitez pas à y aller, c’était vraiment très bon et l’ambiance est chaleureuse !

Après ce repas pantagruélique, nous sommes retournés vers le forum romain car nous voulions voir le mont Palatin. Nous avons pu rentrer à nouveau sur le site car nous avons expliqué que nous n’étions pas vraiment au courant de la localisation du mont, et comme notre billet avait moins de 24 heures, cela n’a pas posé de problème. Nous n’avons pas regretté cette visite car la vue depuis le mont Palatin est splendide ! On voit d’abord toutes les ruines romaines au premier plan, avec le Colisée qui se détache au milieu des pins parasols, et ensuite, en levant un peu les yeux, on se retrouve face aux innombrables coupoles d’églises, aux différents monuments romains, à la machine à écrire… C’est vraiment merveilleux, on a l’impression de rêver tellement c’est beau, un rêve bercé par le chant des cigales. Je vous conseille vraiment de profiter de cette vue, et d’y rester le plus longtemps possible ! Je pense qu’au coucher du soleil ça doit être grandiose.

IMG_1280

La vue que l’on a sur la ville et le forum depuis le mont Palatin.

IMG_1283

IMG_1285

Le Colisée au milieu des pins parasols …

IMG_1291

Je suis toujours sans voix devant une telle beauté !

IMG_1300

Après cette visite fantastique, nous avons décidé de profiter un peu des boutiques pour vérifier les clichés sur la mode italienne ! Mon Prince Charmant a adoré les boutiques, en plus, c’était les soldes ! Moi, j’étais un peu trop fatiguée et poussiéreuse (oui, quand on marche dans des ruines on ramène de la poussière) pour essayer des vêtements, mais c’était quand même chouette de faire une petite pause shopping !

Nous avons profité de notre dernière soirée sur place pour nous reposer un peu et pour dîner dans le quartier de notre hôtel car nous étions vraiment très fatigués d’avoir tant marché, mais ravis d’avoir pu (re)découvrir cette ville si merveilleuse, nous n’avons qu’une hâte c’est de découvrir d’autres villes d’Italie et de retourner à Rome !

 

J’espère que ce petit voyage au cœur de la capitale italienne en ma compagnie vous a plu, si vous cherchez une destination pour des vacances, n’hésitez pas, vous ne serez pas déçus ! À très bientôt pour de nouvelles découvertes,

 

Hasta pronto si Dios quiere,

 

Amalia.

Destination Rome ! (3/4)

Hola a todos,

 

J’espère que vous allez bien. On se retrouve aujourd’hui pour une journée riche en visites !

Pour notre troisième jour à Rome, nous avions choisi de visiter la galerie Borghese, un petit palais privé appartenant à la famille Borghese. À l’origine, c’était une sorte de maison de campagne, aujourd’hui, avec l’évolution de la ville, le palais se trouve au cœur de Rome, mais il est vrai que quand on y est, on se sent un peu à l’extérieur de la ville. En effet, le palais est situé dans un immense parc connu sous le nom de Villa Borghese. Dans se parc, on trouve divers musées, un parc zoologique, un étang avec des petites barques … le tout est peuplé de pins en tous genres et on entend chanter les cigales. C’est vraiment un endroit très agréable où on peut passer la journée à flâner, faire du vélo … Pour les amateurs d’art, je recommande vivement la visite de la galerie Borghese ! C’est somptueux ! Comme pour les musées du Vatican, il vaut mieux réserver son billet en avance (au moins 4 jours en avance), soit sur internet, soit auprès de l’office du tourisme. Nous avions réservé une visite libre sur internet, et nous avons récupéré nos billets sur place. La visite libre dure deux heures, bien sûr, vous pouvez rester moins longtemps si vous le souhaitez. La galerie se construit dans une succession de salles aux thèmes différents, l’Égypte antique, la métamorphose de Daphné, les quatre saisons … au rez-de chaussée. Vous serez impressionnés par la profusion de fresques murales, d’objets d’art en tous genres, de sculptures en marbre, d’objets antiques … À l’étage vous trouverez les différentes collections de tableaux des propriétaires. On en prend plein les yeux et on se plaît à imaginer des réceptions mondaines dans ces beaux salons …

IMG_1055

Les magnifiques plafonds de la Galerie Borghese …

IMG_1058IMG_1065

IMG_1066

Des angelots qui représentent le printemps

IMG_1068

La métamorphose de Daphné en laurier, en sculpture de marbre et en tableau.

IMG_1075

Le joli étang de la Villa Borghese

Après cette magnifique visite, nous avons flâné dans le parc puis, nous nous sommes dirigés vers la Trinité des Monts. Il s’agit d’une église française reconnaissable par ses deux clochers, située au sommet d’une colline. Depuis le parvis de l’église, on a une vue magnifique sur les toits de Rome ainsi que sur la Piazza di Spagna, une place très chic où vous trouverez toutes les boutiques de luxe ! Nous avons déjeuné dans ce coin, contents de reposer enfin un peu nos pieds ! Après un bon repas, nous nous sommes promenés dans le quartier à la recherche de la Piazza del Popolo. Il faut bien l’avouer, nous nous sommes un peu perdus en chemin, mais grâce à cela nous avons pu visiter de très belles églises sur la Via del Corso notamment, et découvrir un excellent glacier qui s’est avéré être le fournisseur officiel des Chevaliers de l’Ordre de Malte. Finalement, je pense que cette glace a été salutaire car ensuite, nous avons retrouvé le chemin qui nous menait à la Piazza del Popolo. Je sais qu’il y a une église magnifique sur cette place, mais nous étions un peu fatigués entre les kilomètres et la chaleur, du coup ne n’y sommes pas rentrés…. Ce sera un prétexte pour revenir !

IMG_1078

La vue sur Rome en sortant de la Villa Borghese

IMG_1090

La coupole de Saint-Pierre

IMG_1096

La Trinité des Monts vue depuis la Piazza di Spagna

IMG_1107

Une jolie église dans la Via del Corso

Après une petite sieste bien méritée, nous avons repris nos pérégrinations en direction des thermes de Caracalla. J’avais réservé deux billets pour aller voir Carmen de Bizet en plein air dans les thermes. Nous avons eu quelques déconvenues avec le métro qui n’acceptait pas la carte pour payer les tickets, nous avons donc pris nos jambes à notre cou pour rejoindre au plus vite les thermes et, voyant que nos efforts ne seraient pas pleinement récompensés, nous avons sauté dans le premier taxi pour être sûrs d’arriver à l’heure à la représentation. Finalement, nous sommes arrivés avec un peu d’avance, donc nous avons pu manger un petit sandwich à la buvette de l’opéra et boire un bon spritz, le tout en admirant les ruines dans la lumière dorée du coucher de soleil. C’était magique. La mise en scène était vraiment super chouette ! Carmen ne se déroulait plus à Séville mais à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis, avec comme toile de fond les conflits autour de la construction du mur. C’était original et cela donnait parfois lieu à des situations étranges car le texte n’avait pas été modifié, mais j’ai vraiment adoré. Et le final était grandiose, il reproduisait une procession de la fête des morts… Incroyable ! Si vous vous rendez à Rome en été, sachez donc qu’il y a une bonne programmation de spectacles dans les thermes de Caracalla, c’est une façon de découvrir le lieu sous un autre jour, et dans un contexte bien différent de la visite touristique, de plus, les prix sont très raisonnables puisque le tarif le moins cher est de 25€ par personne. Nous sommes ressortis de là en chantonnant des airs de Carmen, puis, après avoir tenté de rejoindre notre hôtel à pied, nous avons finalement repris un taxi car c’était vraiment tard et nous étions (encore une fois) un peu perdus …

IMG_1136

Les thermes de Caracalla avant que la nuit ne tombe

IMG_1142IMG_1164

 

Voilà, c’est tout pour cet avant dernier jour à Rome. J’espère que cela vous a plu et je vous retrouve très vite pour la suite (et fin) de nos aventures romaines !

 

Hasta pronto si Dios quiere,

 

Amalia

Destination Rome ! (2/4)

Hola a todos !

 

J’espère que vous allez bien. Me revoici avec la suite de mes aventures romaines. Au programme : la visite de la basilique Saint-Pierre, un petit tour dans le célèbre quartier du Trastevere et pour finir, une jolie promenade sur les hauteurs de Rome.

Le lendemain de notre arrivée, nous avons tenu à visiter Saint-Pierre ainsi que les musées du Vatican. La visite de la basilique est gratuite alors forcément, c’est très prisé. Un conseil, si vous voulez profiter pleinement de l’endroit, allez-y dès l’ouverture c’est-à-dire à 7h. C’est le choix que nous avons fait avec mon Prince Charmant, et cela nous a permis de visiter la basilique presque seuls, et de nous imprégner de la solennité des lieux, du recueillement qui règne ici … Nous avons aperçu un certain nombre de petites messes dans les diverses chapelles, très franchement, ça vaut le coup de se lever tôt ! Nous avons enchaîné avec l’ascension des escaliers qui mènent au sommet de la coupole de la basilique. Si on met bout à bout l’aller et le retour, ça fait un total de 1552 marches, c’est un peu fatigant mais c’est tellement sublime qu’on oublie vite qu’on a mal aux cuisses ! En revanche, si vous être claustrophobe ou si vous avez le vertige, c’est à éviter car plus on se rapproche du sommet, plus les murs se resserrent et les marches sont de plus en plus hautes. Il me semble qu’un ascenseur est prévu pour les personnes qui ne peuvent pas (ou ne veulent pas) monter les marches. Le prix est tout à fait raisonnable, environ 5€ par personne il me semble. Si vous êtes arrivés tôt, vous pourrez profiter d’une vue imprenable sur la place Saint-Pierre presque vide et en plus, vous n’aurez pas trop souffert de la chaleur durant l’ascension … ça n’a que des avantages !

IMG_0893

La place Saint-Pierre au petit matin

IMG_0896

IMG_0898

La célèbre Pieta de Michel-Ange

IMG_0900

Des petits putti

IMG_0902

L’autel du Bernin

IMG_0904IMG_0909

IMG_0913

La place Saint-Pierre vue depuis la coupole de la basilique … c’est beau !

 

Après une petite pause petit-déjeuner bien méritée, nous nous sommes rendus aux musées du Vatican. Pour cette visite, il est préférable de réserver en avance vos billets car la queue est très longue pour rentrer et ce serait tout de même dommage d’attendre toute la journée pour rien ! (mettre lien du site) Nous avions opté pour une visite libre des lieux qui comprenait l’accès aux divers musées du Vatican (salles d’antiques, musée d’art contemporain …) ainsi qu’à la Chapelle Sixtine. Vous pouvez également visiter les jardins, mais seulement avec un guide et j’avoue que je trouvais ça un peu cher … enfin, si vous pouvez vous le permettre, je suis sûre que ça doit être une excellente idée de visite ! Lors de votre réservation, vous devez choisir le jour ainsi qu’une plage horaire. Prévoyez d’arriver environ 15 minutes en avance afin de pouvoir longer la file d’attente et récupérer vos billets d’entrée à un guichet. Pour être franche, ça n’a pas été ma visité préférée car, comme dans tous les lieux aussi prisés, il y avait un monde fou, ce qui empêche de profiter pleinement de la visite. Vous vous retrouvez très vite emporté par le flux de personnes et vous prêtez moins attention aux collections … Malgré tout, ça reste un endroit magnifique qui mérite d’être vu ! Pour la chapelle Sixtine, c’est un peu la même chanson. On a l’impression de la connaître et finalement, elle reste très impressionnante car on se sent tout petit face à ces fresques immenses et on a peine à imaginer la difficulté du travail de Michel-Ange et de ses équipes. Ce qui est embêtant dans cette chapelle c’est que les touristes oublient un peu de respecter le silence (pourtant demandé depuis plusieurs salles) et on se sent un peu comme une vache dans un troupeau au milieu de tout ce monde. Les photos y sont interdites, donc je ne peux pas vous la montrer, mais vous trouverez facilement des images sur internet !

IMG_0930

Un buste antique

IMG_0937

Un des nombreux plafonds peints

IMG_0938

IMG_0966

Comme vous le voyez, on n’était pas franchement tout seuls …

IMG_0970

 

Après une matinée bien remplie, vous nous sommes dirigés vers le Trastevere à la recherche d’un endroit pour déjeuner. Grâce à notre guide, nous avons trouvé une adresse dans une petite rue un peu cachée, ça avait l’air typique alors on s’est laissé séduire. Da Giovani est une Trattoria située au 42 via della Lungara et vous pouvez vous y rendre les yeux fermés ! La salle est assez petite, la carte est écrite à la main et propose une petite sélection de plats, ce qui garantit une cuisine de qualité ! L’établissement est tenu par une famille et les prix sont plus que corrects ! Nous avons dégusté d’excellentes pâtes à la sauce tomate… un vrai régal ! Une fois repus, nous avons continué notre chemin en admirant la beauté des rues. Nous sommes tombés un peu par hasard sur le jardin botanique tenu par les étudiants de la Sapienza, l’université de Rome et nous nous sommes laissés tenter par la visite. Si vous suivez le chemin qui monte, vous trouverez un petit bassin charmant (certes, avec quelques moustiques…) et un joli point de vue sur Rome ! À la suite de cette visite, comme nous n’avions pas pris de dessert, nous avons mangé une excellente glace à l’italienne sur une placette du Trastevere avant de reprendre notre marathon des visites ! En face du glacier il y avait une église dont j’ai oublié le nom mais qui était vraiment très belle. Nous nous sommes ensuite rendus à Santa Maria in Trastevere, une basilique du XIIe siècle à trois nefs, qui vaut vraiment le détour ! Nos pas nous ont ensuite menés vers Santa Maria in Cosmedin, une église du VIIIe siècle au style très simple et aux influences byzantines situées juste à côté de la Bocca della Veritá. Je vous en recommande vraiment la visite, le lieu est très sobre et enclin au recueillement.

IMG_0983

Le petit bassin du jardin botanique

IMG_0991

Une ruelle du Trastevere

IMG_0992

Les bonnes « gellatti »

IMG_0993

Une église dans le Trastevere

IMG_1001

IMG_1005

Santa Maria in Trastevere

IMG_1009

Santa Maria in Cosmedin

IMG_1011

Santa Maria in Cosmedion

IMG_1013

Santa Maria in Cosmedin

IMG_1016

Santa Maria in Cosmedin

Comme nous n’en avions pas encore plein les pieds (et que nous voulions profiter de ce court séjour pour voir un maximum de choses !), nous avons entrepris une ascension du mont Aventin, à la recherche de la Place des Chevaliers de Malte. En route, nous avons trouvé un joli parc qui offrait de beaux points de vues sur la ville, le Tibre et les coupoles des églises ainsi que l’églises Sainte Sabine, très sobre et très belle. Sur la fameuse place que nous recherchions se trouve un palais appartenant à l’ordre des Chevaliers de Malte dont le portail possède une serrure assez particulière : quand on regarde à travers le trou, on peut admirer une enfilade de haies en arches, et au bout, pile au milieu, la coupole de la basilique Saint-Pierre. Malheureusement, ça ne rendait pas bien sur les photos, mais c’est tout à fait charmant à voir !

IMG_1020

Les jolis pins parasols

IMG_1031

Vue de Rome depuis l’Aventin

IMG_1033

IMG_1035

L’église Sainte Sabine, il n’y a pas de vitraux mais les fenêtres sont sculptées

IMG_1040

La place des Chevaliers de Malte

Pour conclure cette journée bien remplie (plus de 30km en tout !), nous avons retrouvé un couple de cousins qui vit à Rome, ils nous ont invité à déguster un spritz et un repas itlaien dans un restaurant à l’ambiance de cantine dans le quartier du Trastevere. Nous avons pu goûter les suppli al’telefono (beignet de riz et de sauce tomate avec un cœur de mozzarella) ainsi que des beignets de fior di zucca (comprenez fleur de courgette) et anchois. C’était vraiment absolument délicieux, et les pizzas que nous avons commandées étaient tout aussi succulentes !

IMG_1044

Les supplo (à droite) et les beignets à la fleur de courgette (à gauche)

 

J’espère que cette deuxième journée vous a plu. Nous, on en garde un souvenir merveilleux ! Je vous retrouve très vite pour la suite de nos pérégrinations.

 

Hasta pronto si Dios quiere,

 

Amalia

 

Destination Rome ! (1/4)

Hola a todos,

J’espère que vous allez bien. Je sais que pour beaucoup la rentrée approche (ou a même déjà été faite), mais aujourd’hui je vous embarque avec moi pour un petit séjour à Rome. C’est en effet cette destination que nous avons choisie avec mon Prince Charmant pour passer quelques jours en amoureux, un endroit tout à fait idéal !

 

Nous sommes partis du 25 au 29 juillet, soit 4 nuits sur place et 4 jours complets, armés de notre Cartoville. Nous avons décollé de Toulouse avec la compagnie EasyJet, elle offre des vols directs à des prix raisonnables si l’on s’y prend assez en avance. Un conseil si vous partez avec un bagage cabine uniquement, gardez vos papiers et vos affaires importantes à portée de main dans la valise et munissez vous d’un sac à main levée et peu encombrant (voire pliable), vous pourrez ainsi le ranger facilement dans votre valise et éviter les problèmes à l’embarquement !

 

Nous avons atterri à l’aéroport Fumicino, relié au centre de Rome par différents moyens de transports. Pour rejoindre le centre, je vous conseille le train express, vous ferez le trajet en 30 Minutes pour 14€ par personne, c’est pratique et efficace !

 

Parlons logement. Nous avons séjourné dans un hôtel fort sympathique en plein centre ville, à deux pas de la fontaine de Trévi, via Del Tritone : l’hôtel 87. J’avais trouvé l’adresse grâce à la pétillante Mariel du Blog de Néroli qui y avait séjourné en novembre. Nous avons opté pour une chambre standard avec petit déjeuner, et avons bénéficié d’une promotion lors de la réservation ce qui rendant la chambre assez accessible. Si votre budget vous le permet, je vous le conseille vivement car nous avons vraiment beaucoup aimé cet endroit au personnel charmant et aux nombreux équipements !

 

Durant notre première journée, nous n’avons pas chômé (d’ailleurs, si vous avez suivi mes pérégrinations sévillanes, vous remarquerez que ce n’est pas le style de la maison !). Nous avons commencé par un passage obligé devant la Fontaine de Trévi, lieu que nous avons abondamment fréquenté durant notre séjour. Elle a été refaite il y a peu de temps, ce qui rend le monument encore plus impressionnant. Avant d’y arriver, vous êtes interpelés par un brouhaha sourd qui n’est autre que le bruit de l’eau qui coule, et une fois devant, vous ne pouvez passez outre la foule qui s’amasse et les policiers qui surveillent de près que vous ne vous asseyez pas n’importe où ! La tradition dit qu’il faut jeter 2 pièces : l’une pour revenir à Rome, l’autre pour y vivre une histoire d’amour. Nous avons respecté la tradition puis poursuivi notre chemin. Nos pas nous ont menés à Saint Louis des Français, église française de Rome située juste à côté de la librairie Stendhal, la librairie française de la ville. L’église est magnifique comme la plupart des innombrables églises de la capitale italienne. Nous avons flâné dans le quartier, visité le Panthéon (on y entre gratuitement), puis manger nos premières pâtes italiennes dans un petit restaurant d’une rue ombragée et légèrement cachée : un délice !

IMG_0770

La majestueuse et célébrissime Fontaine de Trévi

IMG_0775

IMG_0781

Plafond de Saint Louis des Français

IMG_0784

IMG_0790

Au détour d’une ruelle, vers le Panthéon

IMG_0795

Un aperçu du Panthéon. 

Nous sommes partis à la recherche de la place Navona, très célèbre pour ses jolies fontaines (comme la plupart des places romaines). Nous voulions visiter la galerie Doria Pamphilj, un palais privé situé via del Corso, qui regorge de merveilles et qui plaira à tous les amateurs d’art ! Nous nous sommes un peu perdus avant d’y arriver, mais ça valait vraiment le coup ! Pour 16€ (au tarif étudiant), vous pouvez visiter la galerie privée où vous pourrez admirer des Brughel, des Caravage, un Velázquez … ainsi que de superbes lustres en verre de Murano et des peintures murales à couper le souffle, vous aurez également droit à la visite guidée des appartements privés. Une partie de fait avec une guide l’autre avec un audio-guide très bien fait qui met en scène un dialogue entre deux héritiers de la famille. Ils racontent des anecdotes sur les propriétaires et sur l’histoire du lieu, c’est ludique et instructif, nous avons beaucoup aimé !

IMG_0814

La galerie et ses tableaux à perte de vue qui se fondent sur les fresques murales … à couper le souffle !

IMG_0816

Un lustre en verre de Murano

IMG_0819

Buste du papa Innocent X, membre de la famille …

IMG_0822

… et son portrait par Vélazquez !

 

Ensuite, nous avons fait un tour sur la très célèbre « machine à écrire », le monument pour Victor-Emmanuel ii, qui offre une très jolie vue sur le forum romain et sur les coupoles de la ville. Il y a même un musée d’art contemporain, mais nous ne l’avons pas visité.

IMG_0839

Le monument à Victor-Emmanuel II, souvent connu sous le nom de « la machine à écrire »

IMG_0845

Oh, une touriste !

IMG_0846

Un aperçu du forum et des coupoles depuis le monument

Le soir, nous voulions dîner dans le quartier du Trastevere mais entre la fatigue et nos faibles compétences en lecture de cartes, nous nous sommes retrouvés dans le ghetto, l’ancien quartier juif, sur une placette où l’on tournait une série. Très sincèrement, nous nous sommes arrêtés au premier restaurant venu et nous n’en gardons pas un souvenir ému. Enfin, cela nous nous a pas empêché de passer une bonne soirée et nous avons pu découvrir d’autres recoins de la ville.

IMG_0868

Des ruines et un soleil couchant …

IMG_0878

En passant sur le Tibre

IMG_0891

La fontaine de Trévi de nuit … sublime (mais pas moins fréquenté !)

Quelques conseils avant de partir à Rome : si comme nous vous partez en été, sachez qu’il fait très chaud. Il faut cependant garder une tenue décente pour pouvoir rentrer dans les églises (certaines fournissent des châles pour vous couvrir bras et jambes si besoin, mais évitez de vous habiller en mini short et débardeur échancré !). La plupart des fontaines donnent de l’eau potable, c’est bien pratique !

 

Voilà, c’est tout pour cette première journée. Je vous retrouve très vite pour la suite de nos aventures romaines !

 

Hasta pronto si Dios quiere,

 

Amalia

Un petit week-end basque

Hola a todos,

 

J’espère que vous allez bien. Je reviens après un petit moment d’absence pour vous raconter mes dernières découvertes en France cette fois-ci. Et oui, l’Espagne c’est fini pour moi, je suis rentrée il y a 3 semaines, mais je profite d’une escapade en famille dans le Pays Basque français pour vous retrouver sur le blog.

Avec mes parents, on a profité du week-end du 14 juillet pour se rendre sur la côte basque (on devait amener ma soeurette chez des amies, ça nous évitait ainsi de faire trop d’aller-retour en ce week-end chargé !). Je ne connaissais pas trop l’endroit à vrai dire, et j’ai été franchement séduite par le coin ! Nous logions à Bayonne dans un hôtel situé tout près de la gare, en plein centre ville avec une jolie vue sur l’Adour, c’était très sympa !

IMG_0549

L’Adour, et les maisons basques typiques de la région !

Le vendredi 14 juillet, nous avons profité que le temps ne soit pas vraiment au top de son ensoleillement pour découvrir un peu Bayonne et ses maisons basques. Le centre est très charmant, les colombages sont très mignons, cela donne une petite atmosphère médiévale à la ville. Nous avons déambulé dans le centre pour profiter de l’ambiance, des fanions suspendus dans les rues, des boutiques très actives, et nous familiariser avec la ville. Comme nous avions une petite faim, nous nous sommes arrêtés sur la terrasse des halles pour déjeuner, c’était très chouette bien que nous soyons arrivés à la fermeture du marché. L’après-midi, nous avons visité la cathédrale et son cloître. L’édifice a été construit à l’époque romane, mais il a subi quelques modifications au cours des siècles ce qui fait qu’aujourd’hui, c’est plutôt le style gothique qui domine. J’ai trouvé le cloître mignon, mais pas non plus transcendant, en revanche la cathédrale est vraiment très jolie, j’ai adoré ses vitraux très colorés ! Je peux vous dire que ça changeait des églises baroques de Séville, le style est plus froid, les murs ne sont pas peints, il n’y a presque pas de dorures, mais c’est quand même chouette de retrouver les églises françaises, elles ont aussi leur charme !

IMG_0492IMG_0479IMG_0491

Pendant que nous visitions la cathédrale, le soleil a commencé à pointer le bout de son nez, alors nous en avons profité pour déguster une glace de chez Bamas, champion du monde de glace (et oui, ça existe !) et meilleur ouvrier de France ! Que les amateurs de glace au café passent leur chemin, le chef n’aime pas ça alors il n’en fait pas, en revanche, si vous aimez les sorbets bien fruités, vous pouvez foncer sans hésiter ! Nous avons ensuite continué notre promenade dans le centre, en regardant les jolies boutiques de linge basque qui nous faisaient de l’œil.

IMG_0520

Pour le soir de la fête nationale, nous avons dîné sur els rives de l’Adour, c’était très agréable, mais il faisait un peu frais (ça change des températures sévillanes !). Ensuite, nous avons écouté un petit concert de musique basque organisé par la mairie et nous avons regardé le feu d’artifice depuis le pont qui reliait notre hôtel au vieux centre. Une bien chouette journée en somme !

 

Le lendemain, la météo était un peu plus clémente et nous avons mis le cap sur la jolie ville de Biarritz, une découverte pour moi. Nous ne sommes pas resté très longtemps, mais nous avons pris le temps de déambuler dans les jolies rues de cette très chic station balnéaire, d’admirer la jolie vue sur l’océan depuis la promenade et aussi depuis des points de vues plus en hauteur. J’ai trouvé ça très charmant de voir les petits parasols de couleur plantés dans le sable, ça me faisait penser aux illustrations qu’on voit des plages en Normandie ! On sent que c’est une ville où les gens sont aisés, mais je pense que ça doit être très agréable d’y passer quelques jours. En revanche, pour profiter de la plage, nous avons préféré nous rendre à Anglet, on s’est dit qu’il y aurait moins de monde. La plage était assez agréable, en revanche, il est vrai que les courants sont assez embêtants puisqu’on ne peut pas se baigner dans tout l’océan mais seulement dans les zones surveillées … Enfin, on était quand même sacrément content de profiter de la plage et de se baigner un peu.

IMG_0577

Vue sur la plage de Biarritz

IMG_0585

Les jolis parasols colorés sur la plage, c’est charmant non ?

IMG_0604

Ensuite, nous avons pris la route en direction de Saint-Jean de Luz pour terminer la journée. Je crois bien que c’est le coup de cœur de ce séjour pour nous trois ! C’est un petit village tout à fait charmant, en bord de mer, avec un petit port tout mignon, un tas de maisons basques rouges et vertes pour la plupart, et c’est très animé. Nous sommes rentré dans l’église, très connue car c’est là que s’est marié Louis xiv avec Marie-Thérèse d’Autriche, et nous avons même assisté à la messe. On a pu ainsi écouter les chants religieux en basque, c’était très joli mais nous n’avons pas compris un traître mot ! Heureusement que les lectures et l’homélie étaient en français, sinon nous n’aurions pas compris grand chose. Nous avons ensuite dîné dans une des rues passantes, c’était très sympa, et nous avons conclu la journée par une promenade sur la jetée. C’est très drôle car les maisons qui donnent sur la plage y ont accès par un petit pont, qui permet aux habitants de passer par dessus une rigole assez profonde. Nous avons pu assister au coucher de soleil, c’était vraiment trop joli, une vraie journée de vacances !

IMG_0627

La nef de l’église de Saint Jean de Luz, qui a reçu la messe de mariage de Louis xiv et Marie-Thérèse d’Autriche. Impressionnant, n’est-ce pas ?

IMG_0625

Encore des maisons basques …

IMG_0670IMG_0649IMG_0651

IMG_0662

Et le coucher de soleil vu depuis la digue à Saint-Jean de Luz.

 

Le lendemain, notre temps était plus limité, du coup nous avons opté pour une matinée à la plage, à Seignosse plus précisément. L’eau était délicieuse et les courants beaucoup moins forts ce qui rendait la baignade bien plus agréable que la veille à Anglet. Nous avons bien profité du soleil et de l’eau avant de reprendre la route pour rentrer à la maison, tous les quatre.

 

Certes, c’est un tout petit aperçu de la côte basque, mais je vous conseille vraiment de vous rendre dans le coin, il y a plein de choses à faire : visiter les différentes villes, faire des promenades en forêt ou profiter de la plage, il y en a pour tous les goûts ! J’espère que j’aurai bientôt l’occasion d’y retourner vite car j’aimerais découvrir un peu mieux cette jolie région.

 

J’espère que cet article vous a plu, je reviens bientôt avec de nouvelles aventures en France ou ailleurs.

 

En attendant, je vous embrasse,

 

Hasta pronto si Dios quiere,

 

Amalita

C’est la fin de l’Erasmus, et il fait toujours aussi chaud !

Hola a todos,

J’espère que vous allez bien et que la canicule commence à vous laisser tranquille. C’est avec une pointe de nostalgie que je vous écris aujourd’hui car il s’agit de mon dernier article en tant qu’étudiante en Erasmus à Séville … Ne vous inquiétez pas, j’ai prévu de garder mon blog car au cours de ces quelques mois, j’ai découvert que j’aimais vraiment beaucoup partager avec vous mes petites aventures, et je me dis que je pourrai continuer à le faire de temps en temps en rentrant en France. Enfin, comme toutes les bonnes choses, l’Erasmus a une fin et il est bientôt temps pour moi de rentrer en France (pour de nouvelles aventures !).

Ces dernières semaines ont été un peu chargées, j’ai eu quelques examens qui, je crois, se sont plutôt bien passés et j’ai aussi eu un peu de visite. Une de mes amies de prépa est venue passer quelques jours à Séville avant mon départ, un bon moyen pour moi de revoir des lieux qui m’étaient chers ou de découvrir des choses que je n’avais pas encore vues !

Comme elle restait assez peu de temps, il a fallu ruser et faire un maximum de chose en un temps record. Je crois qu’on a réussi, et ce malgré un obstacle de taille : la chaleur !! Et oui, mon petit doigt m’a dit qu’en France on se plaignait des températures élevées, de journées à plus de 35°C. Ici, on trouve que 35°C c’est pas assez, ou alors ça va pour la nuit mais en journée, les Sévillans préfèrent les températures plus corsées et torrides et on n’a pas peur de monter jusqu’à 50°C. Oui oui, vous avez bien lu, 50°. Je peux vous dire qu’avec ça, faire du tourisme c’est aussi sportif que de courir un marathon ! Pour nos visites, nous avons donc jeté notre dévolu sur tout ce qui pouvait nous permettre de rester au frais (ou du moins, de ne pas être en plein soleil parce que la fraîcheur est parfois assez relative ici). Nous avons visité (ou revisité) la Casa de Pilatos, un magnifique palais privé dont je vous avais déjà parlé ici. Je l’ai visité trois fois en tout, et à chaque fois, je m’émerveille. Ce qui est génial ce sont les jardins qui changent au fil des saisons, ils ne sont jamais exactement pareils, les fleurs changent, parfois c’est le rose fuchsia des bougainvilliers qui domine, parfois le blanc des lauriers … J’ai été un peu déçue de la visite de l’étage que j’ai trouvé expéditive, mais bon, on a quand même pu voir les pièces magnifiques qui s’y trouvent. Ensuite, passage obligé par l’église du Salvador, une de mes préférées parmi celles que j’ai vues à Séville. D’ailleurs, je vous conseille de la visiter avant la cathédrale pour plusieurs raisons. D’abord parce que c’est vrai que la cathédrale est encore plus spectaculaire donc ça vous permet de vous émerveiller en crescendo, ensuite parce qu’il y a souvent beaucoup moins de monde qui visite cette église (un peu moins connue des touristes) et qu’ils proposent un billet combiné avec la cathédrale. Qu’est-ce que ça veut dire ? Et bien tout simplement que vous pouvez accéder aux deux monuments avec un seul billet, et surtout que si vous avez acheté le billet d’entrée à la cathédrale, vous vous évitez une bonne heure de queue, élément non négligeable quand il fait déjà presque 40° à 11h. Après avoir bu un verre en terrasse, sous les brumisateurs (ils deviennent vos meilleurs amis avec ces températures), nous avons mis le cap sur la Plaza de España, un de mes endroits favoris dans Séville qui ne cesse de m’éblouir à chaque fois que j’y passe. Les couleurs sont tellement belles, c’est tellement grandiose et en même temps très mignon quand on regarde les détails que j’adore m’y promener régulièrement.

IMG_0003

La Virgen del Rocío dans l’église del San Salvador

IMG_9995

Jardin de la Casa de Pilatos

IMG_9983

Jardin de la Casa de Pilatos

Nous avons décidé de dîner sur les rives du Guadalquivir, dans un des restaurants de la Calle Betis, dans le quartier de Triana. Mis à part qu’il faut faire attention aux moustiques, c’est une ambiance très agréable, et le fleuve vous apporte un peu de fraîcheur, ce qui est toujours agréable. On a voulu conclure la soirée en beauté en buvant un verre en haut de la terrasse de l’hôtel Inglaterra. Il est situé sur la Plaza Nueva et franchement, ça vaut le coup d’y monter. Depuis le sixième étage, on a une vue panoramique de Séville et jusqu’à environ minuit, tous les monuments sont éclairés, c’est magnifique ! Les prix sont certes un peu plus chers qu’à une terrasse normale, surtout pour l’Espagne, mais ça reste tout à fait raisonnable si vous n’y allez qu’occasionnellement.

IMG_0012

Depuis la calle Betis, on peut voir le Guadalquivir, la Torre del Oro et la Giralda … c’est pas beau ?

IMG_0013

La Cathédrale illuminée vue depuis la terrasse de l’hôtel Inglaterra. Le gin fizz était excellent !

IMG_9972

La « calle Verde », réputée pour être la rue la plus fraîche de Séville. C’est vrai que cette végétation ça aide à garder la fraîcheur !!

Le lendemain, nous avons fait un petit tour à la fac avant de visiter la cathédrale. On a fait la totale : visite de la cathédrale, des salles du trésor, de la Giralda et aussi des toits. On en a pris plein la vue et plein les jambes ! Je vous avais déjà parlé de la visite des toits que j’avais faite avec l’entreprise Sevillatur, il se trouve que la cathédrale propose désormais un billet à 15€ qui inclut cette visite et que vous pouvez acheter directement sur place. Si vous avez pris votre billet à l’église du Salvador, vous pouvez demander à payer la différence pour compléter le prix du billet. Les visites sont en anglais, en français et en espagnol. Si vous n’avez pas le vertige et que vous voulez découvrir ce bijou de l’architecture gothique sous un autre jour, je vous le conseille vivement ! Après un déjeuner au frais, nous sommes allées visiter l’Alcázar qui est toujours aussi beau. J’avoue qu’avec cette chaleur, on a bien apprécié les fontaines et les jardins pour se rafraîchir un peu. On a vraiment passé la soirée là-bas car en été, ils proposent des concerts tous les soirs sauf le dimanche. Il y en a pour tous les goûts : musique classique, jazz, musique du monde, flamenco… et ce qui est chouette c’est que comme les concerts commencent à 22h30, entre 21h et 22h15, vous pouvez profiter des jardins presque vides et d’un coucher du soleil absolument magnifique. Les palmiers et la galerie prennent peu à peu des allures d’ombres chinoises et la musique fait vivre toute cette jolie rêverie. Nous avons écouté un concert du groupe Tamal Hot Band, un groupe de jazz et c’était très chouette ! J’en avais écouté un autre le samedi passé, Chez Luna, très sympa aussi. Vous pouvez aller écouter ça sur Youtube avec les liens. Je précise que cela dure tout l’été et jusqu’au 9 septembre donc si vous avez prévu de passer par Séville à cette période, jetez un œil à la programmation car il y aura sûrement un concert qui vous intéressera et pour 6€ (7€ en passant par internet), ce serait bête de s’en priver !

IMG_0032

Vue du Puente del Quinto Centenario depuis les toits de la cathédrale

IMG_0043

Oh les belles piscines sur les « azoteas », ça donne envie de faire un petit plouf !!

IMG_0047

Le magnifique plafond du patio de los Embajadores

IMG_0050

Le patio de los Embajadores

IMG_0055

La dentelle sur le stuc !!

IMG_0060

IMG_0086

Les bains de la princesse, elle devait être bien là !

IMG_0101

Les beaux palmiers des jardins de l’Alcazar juste avant la tombée de la nuit

IMG_0104IMG_9961

Le dernier jour, nous l’avons passé en grande partie à Triana, à visiter des églises. Nous avons notamment visité Santa Ana, la petite cathédrale de Triana, qui est un véritable bijou d’architecture et de style ! Le retable est un savant mélange d’époques, et ce que je ne savais pas c’est qu’i y a une crypte que l’on peut visiter. Pour 2€, vous pouvez rentrer dans cette charmante église construite pour honorer la mère de Marie, et si vous avez de la chance, un membre de la confrérie de l’église vous fera une visite guidée ! Enfin, après un petit tour au marché, nous avons visité le Palacio de la Condesa de Lebrija, encore une merveille cachée dans la Calle Cuna. Je vous recommande cette visite avec les deux étages (c’est-à-dire, visite libre du rez-de-chaussée et visite guidée du premier étage) car vous allez voir se succéder les merveilles sous vos yeux. Je vous avais déjà raconté cette visite en février, quand mon cher Prince Charmant était venu me voir.

IMG_0117

« Cuando paso por el puente Triana … »

IMG_0120

Le magnifique retable de l’église de Santa Ana

IMG_0126

IMG_0129

El Patio San Eloy, calle San Eloy n°9, une de mes adresses préférées pour manger des tapas à Séville !

Vous voyez, en à peine trois jours, avec un peu d’organisation et malgré la chaleur, on peut voir énormément de choses à Séville, tout en profitant de l’ambiance chaleureuse de cette ville si charmante.

Enfin, pour conclure en beauté, je suis partie à Cadix pour une journée avec mes amies de la fac et leurs copains. L’idée de la journée c’était de profiter de la plage, mais aussi de visiter un peu la charmante ville qu’est Cadix. Pour s’y rendre, c’est très simple, il y a un train qui part soit de San Bernardo, soit de Santa Justa, et l’aller-retour et à 25€. La gare se trouve très près du centre, vous pouvez aisément vous y rendre à pied. Nous avons décidé de visiter la cathédrale et pour 5€ (3€ si vous êtes étudiant de moins de 25 ans), vous avez accès à la cathédrale, à la crypte, au clocher et au musée, c’est tout à fait raisonnable ! La cathédrale est très charmante et j’ai particulièrement aimé la vue qu’on a depuis le clocher. On surplombe la ville et on voit l’océan tout autour de nous, c’est magnifique ! Et puis, avec la chaleur qu’il fait à Séville, c’est vraiment très agréable de sentir l’air marin.

IMG_0168

IMG_0177

L’autel de la cathédrale de Cadix

IMG_0192

Vue depuis le clocher

IMG_0193

Vue depuis le clocher

Après notre visite culturelle du jour, nous nous sommes rendus au marché couvert en déambulant dans les petites rues colorées de la ville. Le marché était très sympa, très animé, avec beaucoup de poissons et plein de petites échoppes pour manger des tapas, une chouette ambiance en somme ! Nous sommes arrivés un peu par hasard au «Castillo de Santa Catalina » dont la muraille offre une jolie vue sur la plage de la Caleta et l’océan, c’était très joli. J’avoue que Cadix m’a fait penser à Marseille, avec ses murs colorés et son port. Après un bon déjeuner dans la rue passante de la Virgen de la Palma (toute proche de la plage et avec beaucoup de restaurants), nous avons passé l’après-midi à la plage de la Caleta. Elle est très tranquille, et il y a pas mal de rochers sous l’eau qui vous permettent d’avoir pied de temps en temps quand la marée est haute. Quand elle est basse en revanche, ça rend la baignade un peu moins pratique, mais ça reste très joli à regarder. Nous avons eu de la chance d’avoir du vent d’ouest, qui est le vent le plus agréable à Cadix : rafraichissant et pas trop fort. Nous avons terminé la journée par un petit verre en terrasse après avoir bien pris le soleil (ne vous inquiétez pas, on avait mis de la crème solaire en quantité et on avait de l’eau !!) et un petit tour par les boutiques de souvenir pour acheter de jolies cartes postales. Nous avons pris le dernier train, qui partait à 20h40 et sommes rentrés à Séville pour retrouver les nuits à 35° haha !

IMG_0216

Les jolies ruelles colorées de Cadix

IMG_0219IMG_0239IMG_0241

IMG_0250

Sur les remparts du Castillo de Santa Catalina

IMG_0263

En marchant sur le Paseo Marítimo

 

Voilà, ainsi s’achève mon semestre d’Erasmus. J’espère que vous avez pu en profiter un peu avec moi à travers mes articles et que ça vous a donné envie soit de découvrir l’Andalousie, et Séville en particulier, soit de partir étudier à l’étranger quelques temps. Pour ma part, j’ai adoré mon séjour, j’en ai bien profité pour découvrir cette région que j’aime tant, j’ai fait de belles rencontres … Je crois que j’ai pas trop mal réussi à me transformer en « perfecta sevillana », même si je n’ai toujours pas les oreilles percées (ça viendra sûrement un jour !).

Cet été, j’ai prévu quelques escapades touristiques, alors je viendrai vous les raconter ici !

En attendant, je vous envoie plein de bisous caniculaires avant de retrouver la pluie française,

Hasta pronto si Dios quiere,

Andalousement,

Amalia

À la recherche de la fraîcheur perdue …

Hola a todos !

J’espère que vous allez bien. Ici, tout va bien, il fait beau et chaud (très très chaud), on bronze et tout, un vrai beau début d’été !

J’ai eu pas mal de travail ces derniers temps alors je n’ai pas fait de grosses visites que je puisse vous raconter, cependant, j’ai fait quelques petites choses assez sympas dont je voulais vous faire part.

Alors, malheureusement, avec les derniers cours et le mémoire à terminer, je n’ai pas pu aller voir le départ du pèlerinage du Rocío… c’est dommage car il paraît que c’est vraiment magnifique, les pèlerins sont habillés en tenues traditionnelles, il y a des voitures à chevaux et des charrettes à bœufs partout… enfin, ça me fera une bonne excuse pour revenir à Séville !

Comme ici c’est la canicule (on a passé le cap des 40° là, c’est dire !), j’avais très très très trèèèèèès envie d’aller à la plage. Du coup, j’ai sauté sur l’occasion quand j’ai vu que l’Erasmus Club Sevilla proposait une journée plage en Algarve, au Portugal. J’y suis allée avec une amie et c’était très sympa. On a eu très beau temps, un peu de vent et une eau cristalline. Nous étions à la plage de Marinha, à côté de Portimão et ça changeait des plages que j’avais déjà vues en Algarve. C’était plusieurs petites plages dans des sortes de criques, ça ressemblait un peu à Étretat, mais en un peu moins normand ! On m’avait dit que l’eau serait très froide mais très sincèrement, je l’ai trouvée très bonne en revanche, si vous aimez les plages « désertes », passez votre chemin … Certes c’était magnifique mais on était un peu les uns sur les autres … Enfin, c’était quand même sacrément bien de pouvoir passer la journée à la plage et de profiter de l’océan.

IMG_9576

IMG_9588

Un bateau de pirate !!!

IMG_9603

Je vous avais dit que l’eau était claire !

IMG_9611

De retour à Séville, j’ai continué à travailler mon mémoire qui est (enfin) terminé !! Comme j’ai passé beaucoup de temps à la Biblioteca Colombina pour étudier mon manuscrit, j’avais très envie de visiter la bibliothèque avant mon départ. En discutant avec les bibliothécaires j’ai appris qu’il y avait une visite avec un groupe le 8 juin, du coup je me suis greffée au groupe du troisième âge pour découvrir les secrets de la Biblioteca Colombina en étant au frais (critère très important en ce moment).

Il faut savoir que c’était la bibliothèque privée de Ferdinand Colomb, fils illégitime de Christophe Colomb (vous savez, celui qui croyait que l’Amérique c’était l’Inde !) qui se trouvait originairement à la Puerta de Goles, sur les rives du Guadalquivir. Il a été éduqué à la cour des Rois Catholiques, comme page, et a donc reçu les enseigneemnts du précepteur de l’infant Juan d’Espagne, c’est certainement là qu’il a pris goût aux livres et aux différents savoirs. Aujourd’hui, il ne reste plus rien de cet édifice et heureusement, les fonds bibliothécaires de Ferdinand Colomb qui ont survécu aux aléas de l’histoire sont conservés dans la bibliothèque de la cathédrale de Séville. Au départ, il y avait plus de 15000 livres, aujourd’hui, alors que la bibliothèque a changé 3 fois de propriétaire, que les livres ont été déplacés et rangés sans respecter l’organisation de Colomb, il n’en reste plus que la moitié … C’est dommage mais c’est tout de même une chance car on trouve encore des trésors ! Les bibliothécaires tentent désormais de reconstituer l’organisation proposée par Ferdinand Colomb. Cette tâche est facilitée par les différents registres et répertoires qu’il a tenus tout au long de sa vie et que nous conservons. Peu de personnes le savent, mais Ferdinand Colomb est l’inventeur de la bibliothèque moderne, c’est grâce à lui qu’aujourd’hui on utilise des bases de données, c’est grâce à lui qu’aujourd’hui on répertorie les livres en notant toutes les caractéristiques, notamment sur les catalogues informatisés des bibliothèques. Ses registres permettent de connaître énormément de choses sur l’économie et la monnaie de l’époque puisqu’il notait les prix des livres qu’il achetait et lorsqu’il s’agissait de monnaies étrangères, il faisait apparaître la conversion. Sa collection est également extrêmement riche car il voulait créer une bibliothèque universelle, où l’on pourrait retrouver tous les types de savoirs et ce dans toutes les langues ! On retrouve alors aussi bien des livres de philosophie grecque que des livres d’astrologie ou d’astronomie, des traités sur les sciences médicales, des recueils de poésies, des exemplaires de la Bible ou du Coran… On trouve également le Livre des Merveilles de Marco Polo annoté par Ferdinand et Christophe Colomb eux-mêmes … On trouve aussi la première grammaire espagnole établie par Antonio de Nebrija… C’était vraiment émouvant de voir tout ces livres, toute cette histoire, tout ce savoir dans un seul endroit …

IMG_9683

Ferdinand Colomb

IMG_9685

La devanture de la Colombina

J’ai adoré cette visite, c’était passionnant d’écouter la guide, qui est aussi bibliothécaire spécialisée dans les manuscrits, Pilar Jiménez de Cisneros, et de voir de près des livres si anciens … J’ai pu voir mon manuscrit sur son étagère, au milieu de ses congénères. Je suis contente de voir qu’il est en bonne compagnie sur la cinquième étagère de la cinquième armoire, avec Dante et Sénèque à ses côtés. Les étagères actuelles ont été offertes par la reine Isabelle II, et elles sont décorées avec des bustes des personnages importants qui ont participé à la fondation et au fonctionnement de ce joyau qu’est la Biblioteca Colombina.

Malheureusement, je n’ai pas eu le droit de prendre des photos à l’intérieur de la bibliothèque, mais je peux vous assurer que c’était grandiose ! Je vous mets le lien d’un blog qui raconte sa visite, vous pouvez le lire ici si vous comprenez l’espagnol, on y voit les salles où sont conservés tous les manuscrits. J’avais mis des photos des salles de lecture dans un article du mois de janvier, vous pourrez le retrouver .

Je pense profiter de mes dernières semaines pour découvrir ou redécouvrir Séville avant de rentrer en France, il y aura sûrement d’autres articles d’ici mon départ.

J’espère que vous avez apprécié cette petite visite de la Colombina, à la fraîcheur des murs de pierre de la cathédrale. En attendant le prochain article, je vous embrasse,

Hasta pronto si Dios quiere,

Andalousement,

Amalia

 

 

Un día en Utrera

Hola a todos !

J’espère que vous allez bien. Après une petite entorse à mon programme andalou la semaine dernière, je reviens avec un récit très très très andalou ! En effet, un de mes amis de la fac m’a invitée à passer la journée dans son village, nommé Utrera, et avide de nouvelles découvertes, j’ai accepté sans même réfléchir !

Utrera se trouve à une trentaine de kilomètres de Séville, j’ai mis moins d’une demie heure pour m’y rendre en train, c’est très pratique. Ce qui est surprenant c’est que tout en étant assez près de la ville, on est vraiment en pleine campagne ! Le village est entouré de champs, c’est très agréable. Ceux qui me connaissent sauront que j’ai plutôt une âme de citadine, mais j’avoue apprécier quelques petites escapades plus campagnardes.

Mon ami m’avait réservé une petite surprise (un peu imprévue) en venant me chercher à la gare. Son père qui était là pendant la matinée est venu avec lui en voiture et m’a offert une visite guidée en voiture d’Utrera puis nous a emmené dans la « campiña », c’est-à-dire les champs. Nous sommes passés devant le village Palmar de Troya, un village indépendant d’Utrera où se trouve une cathédrale assez hors norme. Il s’agit de la cathédrale de l’Église chrétienne palmarienne des Carmélites de la Sainte-Face (merci wikipédia de m’aider à raconter tout ça !!), une église catholique indépendante du Vatican qui ressemble franchement à une secte ! C’était assez original de voir cela, même si nous n’avons pas pu nous approcher trop près (ils ne nous auraient pas laissé rentrer de tout façon), leur cathédrale est plutôt impressionnante !

Après cette bizarrerie religieuse, nous nous sommes rendus à la Torre del Aguila, une ancienne tour médiévale située sur une petite colline. On avait une jolie vue sur les champs, les villages alentours ainsi que les montagnes de la région, malgré un ciel un peu couvert. Le père de mon ami m’a prêté ses jumelles, pour que je puisse mieux voir tout ça, et j’ai même pu observer un nid de pigeons avec des poussins dedans ! Une grande première.

IMG_9329

La Torre del Águila, elle faisait partie d’un réseau de tour de surveillance de la région, et servait à protéger les alentours.

Nous avons repris la voiture pour parcourir la campiña à la recherche de perdrix et de lapins. En chemin nous nous sommes arrêtés plusieurs fois, ils voulaient me montrer des plantes de plus près : nous avons d’abord vu une plante dont les fruits ressemblent à des petits cornichons et quand on les touche (s’ils sont assez mûrs) ils explosent et laissent échapper toutes les graines, c’était assez drôle à voir. On a vu de magnifiques champs de tournesols pour la production d’huile et de « pipas », les graines de tournesol. Les Espagnols en sont très friands, surtout quand elles sont enrobées de sel, ils en mangent beaucoup pour grignoter dans la journée ou pour les apéritifs. On a vu aussi de beaux champs de blé, des champs de pois-chiches … Je n’avais aucune idée de la forme qu’avait la plante des pois-chiches, en fait ça pousse assez près du sol, et le pois est contenu dans une petite écorce verte. Enfin, nous avons vu des oliveraies, et j’ai appris pourquoi les oliviers étaient assez bas et recourbés : les agriculteurs les obligent à pousser ainsi, afin de faciliter la cueillette des olives qui se fait encore à la main, comme ça, elles sont plus près du sol. Cette forme de plantation donnait aux oliveraies des airs de tableau de Dalí, une ambiance un peu lunaire, mais j’étais ravie d’apprendre tout ça !

IMG_9333

IMG_9344

IMG_9356

IMG_9363

Une oliveraie qui pousse avec la technique dont je vous ai parlée.

Sur la route, nous avons croisé un aigle, des oiseaux de proies, quelques perdrix, mais aucun lapin …

Après avoir visité la maison de mon ami, qui est une maison andalouse typique avec un patio, une terrasse et une « azotea », une sorte de toit terrasse, nous sommes partis à la découverte d’Utrera. Nous sommes passés par un parc très mignon, où on trouve beaucoup de petits chats pour nous rendre au Sanctuario de la Virgen de la Consolación qui fermait à 13h, et il était 13h15, du coup, nous nous sommes rendus dans le centre du village, et comme notre chemin à croisé une petite épicerie qui vendait des olives, alors gourmands que nous sommes nous avons décidé de nous y arrêter. Ça tombait d’autant mieux qu’on avait un peu faim. La gérante était très sympa, on a goûté de bonnes olives, des vertes, des noires, des épicées et pas très épicées. On a aussi goûté un morceau de queso manchego pas trop fait, c’était excellent ! Un ami de mon ami nous a offert des guindillas, un petit piment mariné dans du vinaigre. Moi, naïve que je suis, j’ai cru que c’était des petits poivrons, alors j’ai suivi mon ami et j’ai croqué dedans à pleines dents. Le problème, c’est que c’était pas franchement des poivrons, ça piquait un peu plus et j’ai mis quelques minutes à récupérer une bouche normale !

IMG_9378

Les jolies fleurs du parc

Ensuite, on a continué notre parcours par le « callejón del Niño Perdido », c’était fort charmant ! Nous nous sommes arrêté manger dans un restaurant de tapas très sympa, le seul de la ville à être recommandé sur TripAdvisor, c’est dire !

IMG_9387

IMG_9389

Le fameux Niño Perdido. Il y a eu une petite anomalie au moment d’assembler les carreaux de céramique, saurez-vous la trouver ? (réponse dans le prochain article !)

Après le repas, on est passé par la grand place de la ville, la plaza del Altozano, des rues diverses et variées, on a croisé des cigognes dans leurs nids et nos pas nous ont menés dans une petite taverne, la Taberna Gómez Mier, au style assez ancien, où ne vend que des boissons et où vous pouvez retrouver tous les petits vieux du village ! On a pris un vermuth en discutant, c’était hyper sympa. La déco était plutôt atypique, j’ai bien aimé.

IMG_9402

IMG_9406

IMG_9407

IMG_9408

IMG_9409

… et sa décoration authentique !

Après une petite pause par le parc, on est retourné au Santuario de la Virgen de la Consolación, et ça valait la peine d’y aller car c’était vraiment super hyper beau !! C’était assez sombre, mais j’ai quand même pu profiter du spectacle, en plus il n’y avait presque personne alors c’était parfait !

IMG_9419

IMG_9420

Sanctuaire de la Virgen de la Consolación

On a essayé de visiter les deux églises principales d’Utrera, mais à 18h elles étaient encore fermées, du coup, on a décidé d’aller goûter, on m’avait vanté les mérites des pâtisseries de la ville, alors, il fallait bien les goûter ! Oui, je vous accorde qu’on a fait autant de tourisme urbain que gastronomique ce jour-là.

Bon, les pâtisseries, qu’est-ce que j’en ai pensé ? Et bien, j’avoue que je ne suis pas très fan des pâtisseries et des desserts espagnols en général, ça doit être mon côté chauvin qui ressort mais je trouve que les desserts français sont bien meilleurs … Il n’empêche que j’ai beaucoup aimé la tartelette à la confiture de lait et à la noix de coco que j’ai goûtée ! Une fois notre pause goûter terminée, nous sommes retourné voir si les églises étaient ouvertes, Celle de Santa María était toujours fermée malheureusement, du coup nous avons décidé d’aller voir si l’autre était ouverte, et on a eu de la chance puisqu’elle l’était !

IMG_9447

IMG_9449IMG_9450

IMG_9455

IMG_9461

Oui, j’ai toujours une passion pour les statues de Vierges et de Christ des églises andalouses (et espagnoles !), on ne se refait pas !

Nous avons donc visité l’église de Santiago. Elle était très belle, avec de nombreuses statues de la Vierge et du Christ, tout ce que j’aime ! Le plafond était assez impressionnant avec toutes ces voûtes en croisé d’ogive, il y avait beaucoup de fleurs … Et une radio diffusait une très jolie version du Cygne de Camille Saint-Saens, extrait du Carnaval des animaux, une des mes œuvres préférées, que demander de plus ? Dans cette église, on trouve également la statue du premier gitan qui a le titre de bienheureux!

IMG_9468

Vu sur le chemin du retour : un gâteau (on dirait de la crème … ou je ne sais pas trop quoi) en forme de Vierge. Il n’y a bien qu’ici qu’on voit ça !!

En fin de journée, mon ami m’a raccompagnée à la gare et je suis rentrée à Séville bien contente d’avoir découvert ce charmant endroit ! Merci encore à Juanma de m’avoir montré sa ville, et d’avoir été un si bon guide.

Je reviens très vite pour d’autres aventures andalouses,

En attendant, je vous embrasse,

Hasta pronto si Dios quiere,

Andalousement,

Amalia

Madrid, ses toits et ses jardins

Hola a todos !

J’espère que vous allez bien.

Une fois n’est pas coutume, mon séjour sévillan ne m’empêche pas de découvrir d’autres régions de l’Espagne. Aujourd’hui, c’est de la (re)découverte de Madrid dont je vais vous parler. En effet, j’avais déjà été à Madrid il y a quelques années, avec ma classe de prépa, mais j’avais envie de profiter de mon Erasmus pour y retourner. En plus, j’ai de la famille là-bas, et une tante un peu éloignée m’a gentiment invitée à séjourner chez elle, dans la banlieue madrilène, pendant ce weekend. Comble de la bonne nouvelle, elle était d’accord pour que mon Prince Charmant vienne aussi avec moi, du coup c’était un weekend familial, en amoureux et touristique !

Je suis partie à Madrid vendredi matin, en AVE, sous des trombes d’eau. L’AVE (alta velocidad española) est l’équivalent de notre TGV et par chance, il permet de relier Madrid et Séville en seulement 2h30 de train (contre au moins 6h en voiture), avec un trajet si court ça aurait été bête de se priver de voir la capitale espagnole ! L’AVE, c’est assez drôle car ils distribuent dans le train des petits écouteurs qui permettent d’écouter le film qu’ils diffusent sur des écrans lors du trajet. J’avoue avoir préféré dormir et lire pendant les trajets.

Après avoir retrouvé mon Prince Charmant devant la gare d’Atocha, une très belle gare ancienne en partie réaménagée en jardin tropical suite aux attentats de 2004, et avoir déposé nos valises dans la consigne, nous avons pris la route vers le très célèbre Museo Del Prado. C’est très pratique car il se trouve à peine à un quart d’heure de marche de la gare, alors on peut s’y rendre facilement en arrivant et en plus, l’entrée est gratuite pour les étudiants. Le Prado, c’est un peu notre Louvre à nous, il regroupe une incroyable collection d’œuvres de toutes les époques et de tous les pays … c’est vraiment magnifique ! Bien sûr, c’est le genre de musée qu’on n’a jamais fini de le visiter et bien que nous y ayons passé au moins 3 heures, on sait que si on retourne à Madrid on pourra y retourner et continuer à le découvrir.

Il est interdit de prendre des photos au Prado, mais finalement ce n’est pas désagréable car ainsi on profite bien mieux des tableaux je trouve. Personnellement, j’ai adoré revoir les Velázquez, les Goya que je trouve extraordinaires. Le jardin des délices de Bosch est aussi assez fascinant. Il y avait également de nombreuses peintures sur des thèmes mythologiques, ça m’a fait pensé à mon mémoire et j’étais contente de voir que je maîtrisais un peu mieux les mythes gréco-latins.

Après plusieurs heures à déambuler dans le Prado, nous sommes allés chez ma tante, pour poser nos valises et se préparer pour la soirée. En effet, comme elle est abonnée au Teatro de la Zarzuela, et qu’ils en donnaient une justement au moment de notre séjour, elle nous avait pris des places pour qu’on puisse venir avec elle. La Zarzuela, c’est l’opérette espagnole. C’est un genre comique en général, qui mêle musique, danse, chants … Les costumes étaient magnifiques et très originaux, la mise en scène était très dynamique … En gros, malgré un réveil fort matinal, le spectacle était si beau et si captivant qu’on n’a pas eu trop de mal à rester éveillés. Comme les zarzuelas qui étaient présentées étaient courtes, ils en ont donné deux à la suite. C’était très bien pensé car au lieu de couper entre les deux, ils ont créé un lien pour garder une certaine continuité. La première,  Enseñanza libre racontait l’histoire d’un professeur d’anthropologie à l’université de Madrid qui avait décidé de monter une zarzuela pour faire un spectacle de fin d’année. Il avait donc besoin d’aide pour mettre en scène son projet, et demandait à sa fille de se joindre à lui. S’en est suivi une longue explication sur la vie étudiante, très chargée, et des débats sur la vie à Madrid. Je n’ai pas toujours tout compris, mais l’intrigue était assez sympathique et les chants étaient tous sur-titrés, ce qui permettait de mieux les comprendre. La deuxième zarzuela, La Gatita blanca, fonctionnait donc un peu comme une mise en abyme, puisqu’elle n’était autre que la zarzuela mise en scène par le protagoniste de la première. J’ai trouvé l’idée très ingénieuse ! J’ai adoré les décors et costume de cette pièce, notamment deux personnages déguisés en bulles de champagne, c’était très drôle et l’ambiance rappelait celle des cabarets, sur un fond de mariages arrangés.

http://teatrodelazarzuela.mcu.es/es/temporada/lirica-2016-2017/ensenanza-libre-gatita-blanca-2016-2017/#videos  voici la vidéo de présentation du spectacle, comme ça vous aurez une petite idée du rendu ! Ils la donnent jusqu’au 28 mai, alors si vous êtes à Madrid à ce moment là, foncez la voir !!

 

Nous avons passé un excellent moment que nous avons clôturé par une activité typiquement espagnole : el tapeo. En effet, ici on aime bien aller de bars en bars, d’un petit restaurant à l’autre, et grignoter petit à petit, quelques papas bravas, quelques aceitunas, des croquetas … le tout accompagné d’un petit verre de tinto de verano ou d’une cañita. C’est un concept très sympa, et ma tante nous a amené dans des endroits vraiment chouettes !

IMG_8848_2

Le samedi, après une bonne nuit de repos, nous avons entrepris de visiter un peu le centre de Madrid, le temps s’y prêtait bien plus que la veille car, malgré le vent qui était assez fort, il ne pleuvait plus et le soleil recommençait à pointer le bout de son nez. Nous sommes arrivés sur la Puerta del Sol, une des places les plus connues de Madrid, on y célèbre notamment le passage à la nouvelle année avec la tradition des 12 raisins, et on y trouve une jolie statue en bronze de l’emblème de la ville : el oso y el madroño, l’ours et l’arbousier. Nous avons marché jusqu’à la Plaza Mayor où nous avons eu la surprise de voir un petit spectacle de danses traditionnelles madrilènes. En effet, le 15 mai c’est la San Isidro, qui n’est autre que le patron de la ville, du coup, ils organisent tout un tas de manifestations pour célébrer cette fête. Le style des danses me faisait penser à des danses de la Renaissance, on se serait cru dans un film. C’est bien plus sautillant que les sévillanes, c’était assez sympa de voir ça et les costumes sont bien plus simples que les robes de gitanes, mais ça a son charme. Après un petit passage par le Mercado de San Miguel pour le plaisir des yeux, nous nous sommes rendus à la cathédrale de Madrid, qui jouxte le Palacio Real. C’est la catedral de la Almudena, elle est assez particulière je dois dire, et je ne suis pas tout à fait friande de ce genre de style, mais c’est quand même un endroit à voir, ne serait-ce que pour son plafond, qui m’a séduite, très coloré ! J’ai trouvé le style global assez froid, sûrement parce que c’est un bâtiment assez récent, et c’est aussi parce que j’ai un petit faible pour les vieilles pierres. Les vitraux sont assez particuliers, très graphiques, il y a énormément de chapelles tout le long de l’église et il y a deux autels. Un au-dessus duquel on trouve une très jolie vierge, et un autre avec le Christ, entouré de vitraux et de couleurs.

IMG_8858

IMG_8865

IMG_8867_2

IMG_8868

IMG_8877

IMG_8895_2

IMG_8896_2

IMG_8898IMG_8904IMG_8910

Comme nous étions à côté, nous avons visité le Palacio Real, aussi appelé Palacio de Oriente, construit sous le règne de Philippe v, mais habité par le roi Charles iii, dont la présence se ressent à peu près partout car on trouve de nombreuses sculptures et de nombreux portrait de lui. La visite est à 5€ pour les étudiants, ce qui est tout à fait raisonnable étant donné le nombre de pièces que l’on peut visiter. Les photos y sont interdites, mais encore une fois cela permet d’admirer le faste de ce palais et d’en profiter pleinement. On peut s’amuser à rêver à de grandes réceptions dans les salons d’apparat, ou s’imaginer collectionneur de beaux objets. Aujourd’hui, le palais sert uniquement aux fonctions protocolaires, la famille royale n’y réside pas, mais c’est là qu’on reçoit les chefs d’États par exemple. J’ai beaucoup aimé cette visite très impressionnante, les collections d’horlogerie, de vaisselle, de Stradivarius sont magnifiques et on peut également voir quelques documents officiels comme la lettre de démission de Juan Carlos i.

IMG_8925

IMG_8928_2

 

Après une petite promenade sur la jolie plaza de Oriente, nous nous sommes rendus dans un lieu assez prisé des madrilènes, la Chocolatería de San Ginés. Certes il faut faire la queue, mais vous ne serez pas déçus de leurs churros con chocolate qui sont vraiment excellents ! Un petit conseil, si vous avez peur de caler, prenez une tasse de chocolat pour deux, il est très épais et ça suffit amplement, même pour les gourmands ! Enfin, le soir nous avons arpenté la Gran Vía qui s’illuminait petit à petit. L’ambiance de cette avenue est très particulière, elle regorge de salle de spectacles et ses lumières me font penser à celles d’Oxford Street à Londres.

IMG_8944_2

IMG_8947

IMG_8989_2

L’emblème de Madrid, el oso y el madroño

Dimanche, il faisait vraiment un temps radieux, nous avons donc décidé de profiter du soleil dans le très célèbre Parque del Buen Retiro, aussi connu sous le noms plus court de Parque del Retiro. Ma tante nous avait préparé de délicieux bocadillos de jamón ibérico caseros, pour faire un petit pique-nique et franchement, c’était une excellente idée ! Nous nous sommes laissés tenter par une activité assez clichée mais très sympathique, un petit tour de barque sur l’étang du parc. Honnêtement, je trouve que cela vaut le coup car vous louez le bâteau pour 45 minutes, ce qui laisse le temps de profiter de la balade, et cela coûte seulement 8€, je m’attendais à plus. C’était un moment très agréable, au frais et nous n’avons presque pas eu de collisions !! On a vu des canards, des tortues remonter à la surface, les fontaines du monument en l’honneur d’Alfphonse xii … bon, ceux qui me connaissent un peu connaissent ma dextérité légendaire et ne seront pas étonnés de savoir que j’ai préféré laisser les rames à mon Prince Charmant qui se débrouillait vraiment bien mieux que moi ! Après cela, nous sommes allés voir le Palacio de Cristal, malheureusement nous n’avons pas pu y rentrer car ils étaient en train de préparer une exposition. Nous avons fait une petite sieste sur l’herbe, à l’ombre des arbres puis nous avons découvert avec émerveillement la Rosaleda, une magnifique roseraie installée autour d’une jolie petite fontaine. Nous avons eu de la chance car à cette époque de l’année, toutes les roses étaient en fleurs, que ce soit sur les parterres ou sur les tonnelles, c’était somptueux et ça sentait divinement bon ! Nous avons admiré les variétés une à une … un petit moment bien sympathique qui a eu la délicatesse de m’épargner une crise d’allergie, alors c’était vraiment parfait !

IMG_9031

ISSJ4016

IMG_9073

IMG_9081

À la fin de l’après-midi (comprenez vers 20h), nous nous sommes rendus à la terrasse du Círculo de Bellas Artes, calle de Alcalá (n°42) car on nous avait dit que le bar était sympa et que la terrasse offrait une très jolie vue sur les coupoles de Madrid. Pour monter, c’est entre 3 et 4€, ce qui est raisonnable, et ensuite, le bar propose également des prix corrects. Nous nous sommes laissés tenter par une coupe de cava espagnol, un vin qui ressemble au champagne. En bons chauvins que nous sommes, nous avons trouvé que le champagne était meilleur, mais c’était quand même bien bon ! En plus, on avait une très jolie vue sur la plaza de Cibeles ainsi que sur la Gran Vía et ses coupoles. Nous avons retrouvé ma tante pour prendre un autre verre, malheureusement, nous n’avons pas eu de chance avec les roof-tops, et nous avons fini par prendre un verre sur une terrasse, au sol, non loin de la Plaza Mayor. C’était quand même super chouette !!

IMG_9162

IMG_9166

IMG_9167

Le Palacio de Cibeles

Lundi, dernier jour à Madrid, jour de la Saint Isidore, nous avons décidé de continuer à profiter du beau temps et de visiter le Jardín Botánico, qui est très sympa. On peut y voir un petit potager avec plein de légumes et de plantes aromatiques, très pratique pour faire un stock de vocabulaire du jardin (oui, je collectionne les mots nouveaux hihi), ainsi qu’une serre tropicale. C’était une visite bien agréable. Malheureusement, nous n’avons pas pu visiter le Reina Sofía car on pensait qu’il était ouvert et en fait, à cause de la fête, il était fermé, et nous pensions que le Thyssen était fermé, mais finalement, nous nous sommes rendu compte un peu trop tard qu’il était ouvert … Ça nous fait une excellente excuse pour retourner passer quelques jours à Madrid ! Avant de prendre le chemin du retour, nous sommes montés à la terrasse du Palacio de Cibeles, pour prendre un dernier verre. Normalement, le mirador qui se trouve au 8e étage est accessible pour la somme de 2€, mais c’est fermé le lundi. En revanche, la terrasse du bar est ouverte, et elle offre elle aussi une très jolie vue sur Madrid.

IMG_9003_2

Plaza de Cibeles

IMG_9212

Voilà, ainsi s’achève un petit séjour au rythme effréné de la capitale espagnole. J’espère que ça vous aura plu et je vous retrouve très vite pour de nouvelles aventures sévillanes. Mon séjour s’achève bientôt mais je compte bien profiter des quelques semaines qu’il me reste pour continuer à découvrir la région !

Hasta pronto si Dios quiere,

 

Andalousement,

 

Amalia.